Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 14:22

Entendre en 2013 un président français, socialiste de surcroît, lancer cette injonction :"il faut détruire les terroristes"  dans un pays aussi pauvre et fragile que le Mali, bouleversé par la guerre civile, où l'armée régulière est pratiquement livrée à elle-même, où l'armée française attaque partout sans but clair sinon de casser du rebelle, il y avait de quoi un petit peu se révolter !

Et s'inquiéter pas moins ! Un article du Monde.fr publié hier soir à 21h 13 ne peut que nourrir l'inquiétude. A Mopti, par exemple, c'est la chasse à l'homme. Un témoin affirme avoir vu un homme fusillé par l'armée au sein du camp. Des rumeurs font état de dizaines de cas de personnes emmenées dans le cimetière et tuées. La FDIH enquête notamment sur dix cas présumés, à Sévaré, un faubourg de la ville. Florent Geel, responsable du bureau Afrique de l'organisation, précise que la FIDH est "sûre à 100 % qu'une personne, accusée d'appartenance avec les groupes armés djihadistes et qui a pu être identifiée, a disparu."

Dans la population les dénonciations se multiplient aboutissant à des arrestations et des détentions sans contrôle de la FIDH  qui se voit interdite d'accès aux camps militaires, notamment au sein du quartier général de l'armée à Sévaré, lieu certain de détention de plusieurs personnes. A côté des dénonciations qui se multiplient et dont les conséquences peuvent faire tout craindre sans pouvoir être mesurées, le risque de représailles est grand "notamment envers les Touareg, qui ont été vus nombreux à quitter Tombouctou et Gao après le début de l'intervention française", s'alarme Florent Geel.

Arrestations arbitraires, exécutions sommaires, tortures sans doute, représailles sauvages : l'intervention française mal contrôlée, sans limites claires, soutenue par une armée locale qui ne pense qu'à la revanche contre les djihadistes ne peut que répercuter dans ses conséquences les plus extrêmes l'irresponsable consigne du président français.

Il serait grand temps qu'il parle un autre langage !

Partager cet article

Repost 0
Published by les carnets de Clément Dousset - dans politique
commenter cet article

commentaires

L. HATEM 19/01/2013 20:17


Bonsoir Clément...


Il n'y a pas de guerre propre, et lorsqu'il faut choisir on choisit, si on est président, que le choix soit mauvais ou moins mauvais... il n'y a pas le choix !

les carnets de Clément Dousset 19/01/2013 20:30



il y a toujours le choix et, à mon sens comme à celui de beaucoup d'autres, ce choix n'est pas le bon. Je me contenerais ici de deux raisons


1- des discussions étaient en cours entre les différentes parties en conflit au Mali : forces gouvernementales, forces islamiques, Touaregs. Elles étaient plutôt en bonne voie et la prise de
Konna, certes regrettable, n'aurait pas suffi à les faire capoter....


2- l'intervention française apparaît essentiellement dominée par des intér$êts stratégiques et surtout économiques...



Janice 19/01/2013 11:41


Ça vous révolte, vous, qu'il failles détruire les terroristes ? Ça ne vous révolte pas, par contre, que les terroristes détruisent tt sur leur passage ?


Que nous racontez-vous donc dans votre billet ? "des rumeurs"..."un témoin affime" (?)... "sans doute".....


Je ne comprends pas....

les carnets de Clément Dousset 19/01/2013 13:11



il n'y a pas l'ombre d'une pertinence à votre propos. "Des terroristes qui détruisent tout sur leur passage" ne se réfère pas à une réalité existante, à tout le moins au Mali. Il y a certes dans
ce pays des djihadistes qui combattent les armes à la main pour aider à la prise de pouvoir de leur organisation sur une large étendue de territoire malien.Ils se battent avec leurs armes et
leurs moyens qui le plus souvent sont des moyens classiques. On peut comprendre que les français veuillent les combattre pour les empêcher d'avoir une mainmise sur le Mali quoique la France n'ait
a priori rien à faire. Mais vouloir les détruire c'est à dire les tuer manifeste une volonté sinon criminelle  à tout le moins irresponsable dont vous vous faites lamentablement écho. Il
vous a par ailleurs sans doute échappé que j'écrivais mon billet à partir d'un article de journaliste présent au Mali, ayant interrogé plusieurs maliens et un représentant d'une association de
droits de l'homme sur place, dont le nom figure.


Si quelque chose me révolte dans l'histoire, c'est votre réaction qui mêle la haine à l'ignorance crasse.



Présentation

  • : Le blog de les carnets de Clément Dousset
  • Le blog de les carnets de Clément Dousset
  • : des analyses politiques, des réflexion philosophiques sur la conscience, des commentaires littéraires, des textes originaux, des vidéos
  • Contact

Recherche

Liens